Fraternité Passagère

Dates
Vernissage
Adresse
Artistes
18.01.2018 – 03.03.2018
18.01.2018
Galerie Liusa Wang
Parmi les jeunes artistes chinois, LIU Xinyi est reconnu pour son approche politique à la sensibilité particulière. Cette sensibilité lui permet de dépasser les stratégies et formes du politiquement correcte ou de la critique dissidente souvent pratiqués par les artistes chinois des générations précédentes.

Le fruit de sa réflexion provient de son incessante quête d’autonomie individuelle dans le monde d’aujourd’hui et de ses interrogations sur les échelons sociaux, les différences culturelles, les inégalités humaines dans un contexte plus vaste. Il essaie toujours de déposer ses œuvres dans un environnement concret en y favorisant un dialogue précis. Il fait confiance à sa perception subjective en restant conscient de ses limites.

Artiste invité par DawanArt dans le cadre du programme de résidence à Paris, Liu Xinyi nous offre l’exposition intitulée Fraternité Passagère, directement inspirée du lieu de la résidence à proximité de la Place de la République, monument hautement symbolique en France. Durant trois mois, il y est passé presque tous les jours.

En comparant la réalité et l’imaginaire du lieu, il trouve la place de la République, en plein hiver, plutôt tranquille. Hormis quelques fois des rassemblements militants et des activités commerciales à petite échelle, l’endroit est plutôt fréquenté par les habitants qui sortent quotidiennement, partageant ainsi l’espace publique. 

L’artiste s’est rendu compte que la base et l’objectif de la politique contemporaine consistent à réunir la multitude, malgré les fortes différences de statut économique, d’identité culturelle ou de position politique. Les gens d’une même ville rassemblés pour diverses raisons, vivent ensemble, concernés par les affaires publiques et y participant.

Cependant, l’apparence paisible n’implique pas qu’une société qui applique l’idée d’une « république » ne soit sans souci. L’effet d’afflux et de regroupement d’hommes ne cesse de former les nouvelles conditions, alors que l’ordre et les codes établis visent une certaine constance. Comment maintenir l’efficacité d’un tel système ?

L’artiste multiplie ses observations sur le terrain en portant son attention aux objets banals dans la rue, d’abord des équipements matériels avec un fonctionnement public, puis de la conception idéale derrière ces objets. Aux yeux de l’artiste, ces équipements et les idées derrière sont deux sortes de « composants fondamentaux » dans un espace urbain.

En focalisant sa recherche sur ces deux composants, son travail s’élabore de façon synthétique au travers des œuvres d’installation : pour le premier il représente des infrastructures parisiennes en les transformant, tels que les jalons, les distributeurs automatiques de billets, les égouts ; pour le second il essaie de visualiser certaines problématiques, telle que la distance appropriée entre les gens.

Par la déformation, la symbolisation, le dégagement du sens à partir des objets originaux, l’artiste interprète les inquiétudes indicibles d’un être présent à l’espace public.

Cette exposition se déroulera simultanément dans l’espace de la résidence de l’artiste de DawanArt et à la Galerie Liusa Wang, partenaire du projet. Elle souligne l’émergence instantanée de la réflexion in situ à Paris en maintenant une cohérence avec les questionnements constants de l’artiste, en l’occurrence, de quelle manière la conception et l’imagination du vivre-ensemble peuvent être affectées à tout instant par le renouvellement accéléré d’infrastructures urbaines et d’idées collectives en Chine.

L’expression « Fraternité Passagère », comportant un mot français au sens fort, n’est pas un choix inconsidéré. Il découle au contraire, d’une imprudence intentionnelle que se permet un étranger hors du système de la langue française. « Passagère » porte une sorte d’autodérision. D’une part, l’artiste dans son travail s’est soucié du monde et des foules mais en oubliant souvent qu’il est lui-même un passager à travers des milieux sociaux divers. D’autre part, dans la société contemporaine, les envies et les actes d’entraide qui dépassent l’intérêt égoïste sont souvent dus au hasard et provoqués par une passion humaine momentanée hors de la rationalité et des normes. Le mot « passager » inclut simultanément ces deux sens.