Le Monde Saha

Dates
Vernissage
Adresse
Artistes
23/04/2015 – 14/05/2015  
23/04/2015 18h-21h
Galerie Liusa Wang (15 boulevard Saint-Germain 75005 Paris)

Le Monde Saha, ou Po suo shi jie en chinois, est un terme bouddhiste signifiant le monde du vivant ou chaque intention provient du profit matériel et chacun souffre s’il est prisonnier de ses désirs personnels.

La philosophie chinoise croit que le rêve est étroitement lié à l’expérience réelle qui se passe le jour; ainsi, l’idée de l’artiste est de décrire fidèlement son rêve afin de pouvoir mieux interpréter le Monde Saha.

Née en 1986 à Shenyang, la ville la plus grande du Nord-Est en Chine, XIE Yuning a passé beaucoup de temps dans la capitale chinoise, soient 15 années. Elle a obtenu un Master en Sculpture de l’École Centrale des Beaux-Arts de Pékin.

Au cours de son apprentissage à Jingdezhen, haut lieu de la porcelaine situé au sud-est de la Chine, XIE Yuning y découvre une technique particulière de peinture sur porcelaine que l’on appelle liao ke. L’artiste part de cette pratique traditionnelle pour créer un nouveau mode de création.

« Lorsque l’on fait un lien entre la porcelaine et le dessin animé, chaque objet peut être animé, et c’est ce que je cherche à créer. », dit-elle.

Dans son installation Dans tes yeux, je peux te voir par mes yeux dans tes yeux, ou Her eyes en anglais, constitué de 5 pièces figuratives représentant un œil, collectionnée par la White Rabbit Gallery à Sydney, elle veut exprimer que ce qui est transmis est non seulement une information visuelle mais aussi philosophique ou même spirituelle.

De plus, le titre traduit l’idée paradoxale de l’absurdité de la réalité et la vraisemblance du rêve. L’artiste compose principalement en noir et blanc. Ce sont les couleurs fondamentales de la pensée taoïste.

Pour XIE Yuning, l’idée est que l’utilisation de la couleur n’est pas un élément dont on doit se préoccuper, le regard doit se concentrer sur les contours, les traits, et le mouvement des sujets.

Femme dormante, homme contemplant, poisson sacré, œil dramatisé sont les sujets utilisés les plus fréquemment par XIE Yuning.

En effet, s’ils ne sont probablement pas apparus dans la vie réelle mais uniquement en rêve et particulièrement dans celui de l’artiste.

Pour elle, la description du rêve est plus significative que celle de la réalité ; la découverte de soi-même par les yeux des autres est plus sincère que celle par sa propre conscience.

Certes, ces catégories de pensées philosophiques proviennent plutôt de celles de Tchouang-Tseu mais elles elles peuvent aussi trouver un écho dans les reflexions de Sartre. Ces deux derniers inspirent fabuleusement XIE Yuning dans la conception de son travail.