Safe Ground to Land on

Dates
Vernissage
Adresse
Artistes
07.06.2019 - 27.07.2019
06.06.2019 18h-21h
15 Boulevard Saint-Germain,75005

La Galerie Liusa Wang est fière de présenter « Safe Ground to Land on », l’exposition personnelle de Jelena Prljević présentant ses dessins récents et ses dessins d’animation projetés sur papier. Cette exposition célèbre le dessin comme un moyen mnémotechnique solidarisant à la fois les mécanismes de conservation de la mémoire et ceux de l’oubli. Pour Prljević, dessiner est un moyen de rechercher une base solide, une chose en quoi avoir confiance dans un monde de moins en moins stable. A travers des «dreamscapes» architecturaux et cinématographiques, elle présente une série d’oeuvres intimes où la notion de répétition possède à la fois un pouvoir de guérison et de transformation.

Prljević appartient à la jeune génération d’artistes serbes façonnée par l’évolution du paysage économique, culturel et national dans le contexte post-yougoslave. Vivant et travaillant actuellement aux Etats-Unis, elle explore le processus intime du déplacement et de la réconciliation. Ses dessins illustrent la création étape par étape d’un microcosme personnel qui lui permet de se sentir ancrée dans des lieux inconnus et souvent de transition – villes rurales séquestrées et environnements urbains frénétiques où les conflits et le timing sont indissociables.

La technique du fusain et de la mine de plomb sur papier est utilisée par l’artiste comme principal médium en raison de sa fluidité et de son immédiateté. Dans ses animations réalisées sur une simple feuille de papier, chaque geste devient un enregistrement du mouvement et du temps. Dessiner de cette manière exige de la concentration et de la présence, en particulier lorsqu’un dessin d’animation possède en moyenne 24 images par seconde. Chaque modification subtile dans l’animation peut recourir entre une à plusieurs centaines de traits par image. Ce processus fait profondément écho aux arts martiaux pratiqués par l’artiste depuis plusieurs années. Elle s’exprime à ce sujet :

« Dans le Wing Chun, j’ai appris qu’un geste devient un réflexe après avoir été répété des centaines de fois. Une expérience auparavant inconnue, différente et stimulante sert de porte d’entrée à un nouvel ensemble de mouvements. Cette relation entre la répétition,  la mémoire et le mouvement entre dans mon travail à travers le processus d’animation. »

Certains dessins deviennent hybrides lorsque l’animation y est projetée, activant ainsi des aspects spécifiques de leurs éléments architecturaux. Le dialogue entre les médiums s’interprète à la fois comme une condition du passé et un éternel commencement. Ce processus met en lumière cette hésitation à faire confiance à la mémoire en raison de la constante intrusion d’images mentales venant du passé dans celles du présent, et inversement. L’éternel recommencement et le traitement de l’histoire font du dessin un lieu de mémoire où le geste sert à habiter un lieu d’abandon.

L’exposition nous révèle des éléments intimes représentés dans des espaces publics, créant ainsi un palimpseste de lieux de mémoire et sites commémoratifs. D’apparence sereines, les compositions monochromatiques forment une expédition à travers les interruptions cognitives et symboliques dans le but de rendre l’étranger familier.  Alors que le spectateur se déplace d’une destination à l’autre, il rencontre de silencieuses clairières, des monuments mystérieux et de vastes entrepôts imprégnés d’introspection et de lumière. Les changements d’échelle transforment les observations intimes en vastes scènes théâtrales où sortir de la lumière signifie sortir du temps, être oublié ou transformé pour toujours.

Nataša Prljević and Joshua Nierodzinski